• 28e Festival des Jardins de Chaumont-sur-Loire.                                                                                          Thème : "Jardins de Paradis".                                                                                                                              Sélection de quelques parcelles.

     

    3. "Au-delà des nuages"                                                                                                                                                        Jardin n°4 bis

     

    Concept : dans son environnement verdoyant, cette parcelle, création d'un collectif d'étudiants japonais et de leur professeur, se compose d'un îlot central et d'une allée circulaire fléchée faisant le tour de l'îlot, allée le long de laquelle sont disposés 5 panneaux QR codes que le visiteur est invité à flasher. Idée de départ : le nuage, pensé dans sa double définition, naturelle et technologique. Pour représenter le ciel, des gravillons bleus. 10 espèces de fleurs blanches symbolisent les nuages naturels tandis que les panneaux QR codes représentent le Cloud, le nuage informatique. Smartphone requis.

     

    Mon avis : ce jardin m'a si peu emballée que je n'ai même pas eu l'envie de sortir mon smartphone -comme il l'aurait fallu- pour prendre connaissance des messages délivrés par les QR codes !!

       Chaumont-sur-Loire. Festival des Jardins 2019 (3)Chaumont-sur-Loire. Festival des Jardins 2019 (3)Chaumont-sur-Loire. Festival des Jardins 2019 (3)Chaumont-sur-Loire. Festival des Jardins 2019 (3)Chaumont-sur-Loire. Festival des Jardins 2019 (3)Chaumont-sur-Loire. Festival des Jardins 2019 (3)Chaumont-sur-Loire. Festival des Jardins 2019 (3)Chaumont-sur-Loire. Festival des Jardins 2019 (3)Chaumont-sur-Loire. Festival des Jardins 2019 (3)        

    Esthétiquement parlant, il n'est pas spécialement beau. Et l'intrusion informatique m'a dérangée. Ça n'est pas la technologie, froide et désincarnée, que je viens chercher en visitant le Festival... Cependant, contre toute attente, j'y ai fait une jolie rencontre...

     

    (Japon. Concepteurs : Natsuka SUZUKI, Takuya NISHIMAKI, Miyu AYASHI, Ayaka MONDA, étudiants et Yoshinori KITAMURA, enseignant. Kyoto Tachibana University).

     

    Entrée de la parcelle.                                                                                                                                                                                                            On ne sait jamais à l'avance ce que l'on va découvrir en pénétrant dans une parcelle. Et là, déception... 

    Chaumont-sur-Loire. Festival des Jardins 2019 (3)

      

    Sens de la visite. Une allée sablonneuse, des espaces de gravillons bleus et des QR codes. Mouais, bof. Allez, j'y vais quand même...

    Chaumont-sur-Loire. Festival des Jardins 2019 (3)

     

    Le bleu, pour le ciel. Les plantes aux fleurs blanches, pour les nuages. Les QR codes, pour le Cloud. 

    Chaumont-sur-Loire. Festival des Jardins 2019 (3)

      

    J'avance dans l'allée, dubitative... 

     Chaumont-sur-Loire. Festival des Jardins 2019 (3)

        

    Chaumont-sur-Loire. Festival des Jardins 2019 (3)

     

    Eh ben non, désolée, pas envie de flasher... 

    Chaumont-sur-Loire. Festival des Jardins 2019 (3)

      

    Chaumont-sur-Loire. Festival des Jardins 2019 (3)

     

    La jolie rencontre... Indifférent au Cloud et à la technologie, il dort pelotonné à l'ombre d'un buisson.

    Chaumont-sur-Loire. Festival des Jardins 2019 (3)

     

     Enfin, il dormait. Parce qu'en voulant le photographier, je l'ai réveillé. Une petite faim ? Il y a tout ce qu'il faut à portée de museau...

    Chaumont-sur-Loire. Festival des Jardins 2019 (3)

     

     Griffes sorties. Encore inquiet et prudent, prêt à déguerpir si danger...

    Chaumont-sur-Loire. Festival des Jardins 2019 (3)

     

    Mais la photographe est amicale. Finalement confiant, prêt pour les caresses.

    Chaumont-sur-Loire. Festival des Jardins 2019 (3)

     (Photos prises les 2 juin et 10 août 2019)

    Pin It

    votre commentaire
  • 28e Festival des Jardins de Chaumont-sur-Loire.                                                                                          Thème : "Jardins de Paradis".                                                                                                                              Sélection de quelques parcelles.

     

    2. "Elixir floral"                                                                                                                                                                  Jardin n° 4

     

    Concept : imaginé comme un Eden sensoriel, le jardin ouvre sur une plate-bande centrale où, au milieu de récipients en terre cuite à demi enterrés, poussent toutes sortes de plantes qui embaument. Certaines, à l'aspect duveteux, comme la bourrache, invitent à toucher. Une allée à droite et une allée à gauche mènent toutes deux vers le fond de la parcelle. Là, invisible de l'entrée, le visiteur découvre un spectacle enchanteur : au son des chants d'oiseaux et du murmure cristallin d'une fontaine, tournoyant au moindre souffle, des disques floraux multicolores se reflètent dans un bassin aux eaux sombres. Face à ce miroir du ciel, un banc de bois posé parmi de vraies fleurs incline à une pause méditative.   

     

    Mon avis : belle découverte que cette parcelle. Rythmé par la douce musicalité d'une installation sonore aux accents printaniers, un Eden entre rêve et réalité où plantes naturelles et plantes artificielles se côtoient pour un résultat très esthétique, "Coup du coeur" d'un jury de professionnels reconnus dans l'art des jardins.  

     

    (France. Conceptrices : Sandrine TELLIER, paysagiste, et Sophie KAO ARYA, artiste franco-thaïlandaise).

     

    Entrée de la parcelle.

    Chaumont-sur-Loire. Festival des Jardins 2019 (2)

      

    Situé au fond de la parcelle, le bassin aux eaux sombres dans lesquelles se mirent en tournoyant les disques translucides d'élégants bouquets floraux.

    Chaumont-sur-Loire. Festival des Jardins 2019 (2)

     

    En face du bassin, invisible sur la photo, un banc en bois invite à une pause méditative...

    Chaumont-sur-Loire. Festival des Jardins 2019 (2)

     

    Chaumont-sur-Loire. Festival des Jardins 2019 (2)

     

     En visitant ce jardin, j'ai appris ce qu'était une oya. En voici enterrées parmi l'artemisia glacialis...

    Chaumont-sur-Loire. Festival des Jardins 2019 (2)

     

    Une autre  à l'ombre de la bourrache.

    Chaumont-sur-Loire. Festival des Jardins 2019 (2)

     

    Fabriquée en céramique micro-poreuse, l'oya est un récipient connu depuis des millénaires. Celles présentées dans ce jardin sont l'oeuvre d'artisans potiers (http://www.oyas-environnement.com). Enterrées et remplies d'eau, les oyas diffusent lentement dans le sol l'humidité nécessaire à la santé des plantes, maintenant de façon naturelle le bon degré d'hygrométrie. 

    Chaumont-sur-Loire. Festival des Jardins 2019 (2)

       

    Bouquets floraux...

    Chaumont-sur-Loire. Festival des Jardins 2019 (2)

     

    Chaumont-sur-Loire. Festival des Jardins 2019 (2)

       

    Chaumont-sur-Loire. Festival des Jardins 2019 (2)

     (Photos prises les 2 juin et 10 août 2019) 

    Pin It

    votre commentaire
  • 28e Festival des Jardins de Chaumont-sur-Loire.                                                                                                Thème : "Jardins de Paradis".                                                                                                                                        Sélection de quelques parcelles.

     

    Visite effectuée en 2 fois. Une première fois au mois de juin, sous un soleil de plomb. La lumière crue des heures chaudes a donné un rendu photo très médiocre. J'y suis donc retournée en août, pour une séance photos plus tard dans la journée. 

     

    1. "Parfum du paradis"                                                                                                                                              Jardin n°2

     

    Concept : pour créer sa parcelle, l'artiste-designer Caroline Thomas a puisé l'inspiration dans le best-seller de Patrick Suskind, "Le Parfum". Publié en 1985, le roman raconte la dérive meurtrière de Jean-Baptiste Grenouille dans le Paris du XVIIIe siècle. Garçon fruste à l'odorat surdéveloppé, Grenouille est né sans odeur corporelle. Obsédé par cette malédiction du destin, toute son énergie tendra vers une inaccessible quête : mettre au point l'élixir corporel ultime... en distillant dans des alambics géants les corps de jeunes filles rousses pour que s'exprime goutte à goutte LA senteur suprême. Caroline Thomas propose un jardin sensoriel dominé par la verticalité conjuguée de 5 frêles cyprès et de 3 tours constituées de fioles en verre qui renvoient aux 3 notes de tête, de coeur et de fond. Un discret marquage au sol bleu segmente l'espace en 7 parties (les 7 familles de fragrances de l'industrie du parfum : floraux, hespéridés, chyprés, boisés, ambrés, cuir et fougère), chaque partie étant plantée des mêmes essences que celles décrites dans le roman. Les allées mènent à une grande feuille dorée suspendue en hauteur au fond du jardin. Hors de portée, elle évoque la force du désir et l'impossible quête. De ses rebords perlent 3 gouttes transparentes.

      

    Mon avis : fidèle à l'histoire bien glauque de Jean-Baptiste Grenouille, ce jardin, qui en lui-même n'a rien de spectaculaire, ne se comprend -et donc ne s'apprécie vraiment- qu'en étant d'abord... mis d'abord au parfum. Il vaut donc mieux avoir lu le roman (ou avoir vu le film de Tom Tykwer, sorti en 2006) pour apprécier pleinement le cheminement artistique et le résultat.  

     

    (Pays-Bas. Conceptrice : Caroline THOMAS, artiste, designer, jardinier).

      

    Entrée de la parcelle. 

    Chaumont-sur-Loire. Festival des Jardins 2019 (1)

     

    Verticalité des cyprès et des tours de fioles colorées.

     Chaumont-sur-Loire. Festival des Jardins 2019 (1)

     

    Les corps s'ajoutent aux corps. A chaque morte supplémentaire, le niveau monte d'un degré dans les fioles...

    Chaumont-sur-Loire. Festival des Jardins 2019 (1)

     

    Citronnier... mais aussi eucalyptus, thym, romarin, menthe, lavande, vanille, jasmin, santoline, vetiver, artemisia... Toutes les plantes constituant ce jardin correspondent à celles décrites par Patrick Suskind dans son roman.

    Chaumont-sur-Loire. Festival des Jardins 2019 (1)

     

    L'heuchère caramel et son beau feuillage ambré.

    Chaumont-sur-Loire. Festival des Jardins 2019 (1)

     

     Inaccessible, plantée en hauteur au fond de la parcelle, une feuille dorée de liquidambar.

    Chaumont-sur-Loire. Festival des Jardins 2019 (1)

      

    Chaumont-sur-Loire. Festival des Jardins 2019 (1)

     

     3 gouttes du substantifique liquide perlent sur le rebord.

    Chaumont-sur-Loire. Festival des Jardins 2019 (1)

     (Photos prises les 2 juin et 10 août 2019) 

    Pin It

    votre commentaire
  • Antidote à la morosité : une promenade nature au sortir de l'hiver...

     

    Après ces longues semaines léthargiques de lumière atone et de branches dénudées, l'hiver touche à sa fin, enfin. Vert tendre des jeunes pousses, rose pimpant des grosses fleurs de magnolia, jaune soleil des forsythias. Adieu grisaille, la nature reprend des couleurs et c'est fou ce que ça fait du bien !!

     

    La température est relativement clémente, sous un ciel changeant. Pour ma première balade nature de la saison, je suis partie marcher sur les bords du Loiret, à Olivet. Cela faisait longtemps que je n'y étais pas allée. L'endroit est calme, apaisant. D'une rive à l'autre, les sentiers piétonniers, découverts ou en sous-bois, longent la rivière sur laquelle glissent de nombreux canards, cygnes et foulques. Les hautes silhouettes de moulins habités parfaitement restaurés ainsi que de petits garages à bateaux ponctuent la balade. 

     

    Début de la balade : le Loiret, vu du parc du Poutyl.                                                                                                                                                      Une légère brise plisse l'onde sous un ciel moutonneux. 

    Antidote à la morosité... Une promenade nature au sortir de l'hiver

      

    Les pluies abondantes de cette fin d'hiver ont gonflé les eaux du Loiret. 

    Antidote à la morosité... Une promenade nature au sortir de l'hiver

      

    Sérénité du paysage...

    Antidote à la morosité... Une promenade nature au sortir de l'hiver

      

    Derrière la grille d'entrée du Moulin du Bac, le magnolia et le saule pleureur, voisins de jardin, colorent le paysage en rose pimpant et vert tendre. Ils prennent toute la place et l'on ne voit qu'eux !!                                                                                                                                      Au loin, la route monte vers le sentier des Tacreniers.

    Antidote à la morosité... Une promenade nature au sortir de l'hiver

      

    Une vue sur la rivière depuis le sentier des Tacreniers (1).                                                                                                                                          Les rameaux de 3 grands saules en pleurs frôlent l'eau ennuagée.

    Antidote à la morosité... Une promenade nature au sortir de l'hiver

      

    Autre vue sur la rivière depuis le sentier des Tacreniers (2).                                                                                                                                      De hauts conifères, quelques feuillus encore déplumés, quelques autres déjà en fleurs et les 3 grosses boules jaunes des saules pleureurs : avant de me remettre en route, pause contemplative devant ce très beau mix végétal...

    Antidote à la morosité... Une promenade nature au sortir de l'hiver

        

    La promenade pédestre fait une boucle et me voilà sur l'autre rive, côté sentier de la Fosse-Marion.

    Antidote à la morosité... Une promenade nature au sortir de l'hiver

      

    Pas le jour à marcher avec des chaussures en toile... Les sentiers étaient gorgés d'une eau boueuse légèrement patinoire tandis que, par endroits, le Loiret avait des allures de petite mangrove...

    Antidote à la morosité... Une promenade nature au sortir de l'hiver

      

    Vue arrière du Moulin du Bac depuis le sentier de la Fosse-Marion.                                                                                                                            En fin de balade, le ciel s'est considérablement ennuagé. Autre ambiance, une beauté mélancolique...

    Antidote à la morosité... Une promenade nature au sortir de l'hiver

     

    Les branches tombent au ras de l'eau. Sur la rivière, les foulques macroules poussent de petits cris stridents.   

    Antidote à la morosité... Une promenade nature au sortir de l'hiver

      

    Sous une lumière plus hiver que printemps...

    Antidote à la morosité... Une promenade nature au sortir de l'hiver

     

    Et pour finir, toujours utile à rappeler...

    Antidote à la morosité... Une promenade nature au sortir de l'hiver

      (Photos prises le 7 mars 2020)

    Pin It

    5 commentaires
  • "Osons être sentimentaux", déclarait Agnès Varda. 

     

    En ce jour de Saint Valentin, j'ai choisi de partager sur mon blog une oeuvre découverte au Domaine de Chaumont-sur-Loire en 2019, dans le cadre du Festival des Jardins.

     

    Signée Agnès Varda, l'oeuvre intitulée "A deux mains" présente, en une dizaine de photographies, des mains unies par un tendre élan devant l'objectif de la réalisatrice française.                                 

     

    Mains qui se touchent et s'effleurent... Mains complices, amoureuses.

    "Osons être sentimentaux"

      

    "Osons être sentimentaux"

      

    "Osons être sentimentaux"

     

    "Osons être sentimentaux"

      

    "Osons être sentimentaux"

      

    "Osons être sentimentaux"

      

    "Osons être sentimentaux"

     

     "Osons être sentimentaux"

     

    "Osons être sentimentaux"

      

    "Osons être sentimentaux"

      

    "Osons être sentimentaux"

                 Le 29 mars 2019, Agnès Varda décédait, à 90 ans, le jour même de l'inauguration de son expo à Chaumont-sur-Loire.                            (Photos prises le 10 août 2019) 

    Pin It

    3 commentaires