• Vescovato, village de Castagniccia, en Haute-Corse.

      

    Avec sa position stratégique en nid d'aigle, Vescovato est peu visible de la route basse, où il vaut mieux laisser la voiture pour monter au centre-bourg à pied en empruntant le pont muletier puis la Strada Vecchia. Mais pour profiter de la plus belle vue d'ensemble sur le village, c'est par la route du haut qu'il faut arriver, en provenance de Venzolasca. Là, Vescovato se dévoile émergeant d'une mer de feuillage, avec ses hautes maisons accrochées aux collines de la Castagniccia. 

     

    Tout en passages et recoins, des escaliers partout, Vescovato est un village qui vit. Il n'y a qu'à voir la Piazza Nova, à l'heure de la récré (la place fait office de cour de récréation), quand les clameurs des écoliers  se mêlent aux conversations des terrasses de cafés. Autre place centrale, la Piazza Paulaccia. Moins animée, plus intime, elle ressemble à un patio et mène à un passage voûté vers l'église San-Martinu. Parfait exemple du village corse authentique, Vescovato abrite un patrimoine ancien qu'il faut prendre le temps de découvrir en se perdant dans le dédale de ses ruelles pentues. 

      

    Village d'altitude, Vescovato est l'une des 7 communes de la pieve de Casinca, micro-région rattachée à la Castagniccia, en Haute-Corse. Pour avoir la plus belle vue d'ensemble sur Vescovato et ses hautes maisons typiquement corses, il faut arriver par le haut du village, en provenance de Venzolasca. 

    Le village de Vescovato

     

    Ça monte et ça descend. Des escaliers partout !! Certaines ruelles (les "scalinate") sont en elles-mêmes des escaliers. Ici, la scalinata Giocante de Casabianca.

    Le village de Vescovato

     

    Quartier Santa-Crcoce : une plaque indique l'emplacement de l'ancienne gendarmerie... impériale.

    Le village de Vescovato

     

    Piazza Paulaccia... sous le soleil exactement...

    Le village de Vescovato

     

    Fondé au XIIIe siècle par l'évêque de la Mariana (d'où son nom signifiant étymologiquement "évêque", "évêché"), Vescovato est un ancien village médiéval. Le bâti est superbe !! 

    Le village de Vescovato

     

    Le village de Vescovato

     

    Le village de Vescovato

     

    Le village de Vescovato

      

    Le village de Vescovato

       

    Les hautes maisons aux toits de lauze dispensent une ombre bienfaisante dans les ruelles pentues où le soleil chauffe à blanc.

    Le village de Vescovato

     

     Alimenté par le ruisseau Macinajo, ancien moulin sur les hauteurs du village et vestiges de l'aqueduc gallo-romain.

    Le village de Vescovato

    (Photos prises le 4 octobre 2020)


    votre commentaire
  • Bling-Bling 3 en 1

      

     (Photo prise à Porto-Vecchio le 6 octobre 2020)


    2 commentaires
  • Périgord, les jardins du Manoir d'Eyrignac.                                                                                                              Du vert et du temps, perspectives et perfection.

     

    En ce 20 août 2020, mon séjour en Dordogne touchait à sa fin. Mais avant de prendre la route du retour, je voulais finir sur une note bucolique, par la découverte de l'un des 2 jardins du Périgord emblématiques de l'art topiaire, tous 2 aménagés sur un éperon rocheux pour le panorama. Entre Eyrignac et Marqueyssac, mon coeur balançait...  

    Périgord, les jardins du manoir d'Eyrignac. Du vert et du temps, perspectives et perfectionPérigord, les jardins du manoir d'Eyrignac. Du vert et du temps, perspectives et perfectionPérigord, les jardins du manoir d'Eyrignac. Du vert et du temps, perspectives et perfectionPérigord, les jardins du manoir d'Eyrignac. Du vert et du temps, perspectives et perfectionPérigord, les jardins du manoir d'Eyrignac. Du vert et du temps, perspectives et perfectionPérigord, les jardins du manoir d'Eyrignac. Du vert et du temps, perspectives et perfectionPérigord, les jardins du manoir d'Eyrignac. Du vert et du temps, perspectives et perfectionPérigord, les jardins du manoir d'Eyrignac. Du vert et du temps, perspectives et perfectionPérigord, les jardins du manoir d'Eyrignac. Du vert et du temps, perspectives et perfectionPérigord, les jardins du manoir d'Eyrignac. Du vert et du temps, perspectives et perfectionPérigord, les jardins du manoir d'Eyrignac. Du vert et du temps, perspectives et perfection

     

    Ce fut Eyrignac.                                                                                                                                                                    D'entrée, ce qui frappe en pénétrant dans les jardins d'Eyrignac, c'est le vert, dominant, omniprésent, partout, dans tout ce que le regard embrasse. Vastes pelouses, allées engazonnées, ifs, buis, charmes et cyprès, toute une palette de verts dynamisée par le rouge vif de quelques structures japonisantes. Autour du beau manoir XVIIe siècle et de ses dépendances, l'espace est organisé en parcelles thématiques (la terrasse enchantée, l'allée des charmes, le parterre à la française, la chambre de verdure, le jardin blanc...) dont la rigoureuse géométrie des topiaires est adoucie de bassins et d'arabesques végétales. La symétrie des agencements crée d'intéressants effets de perspective.

     

    6 jardiniers à temps plein œuvrent à la perfection des jardins d'Eyrignac. Un travail d'excellence, à l'ancienne. Sur ce domaine de 10 hectares habité depuis 5 siècles par la même famille, les pelouses sont réengazonnées chaque année et leurs bordures taillées à la cisaille. Idem pour les volumes des topiaires, en boules, cônes, cylindres, volutes. Rien ne dépasse !! Un travail colossal, récompensé par le label "Jardin remarquable" en 2005.

     

    Ils ne sont ouverts au public que depuis 1987. Situés sur les collines de Salignac-Eyvigues, les jardins d'Eyrignac sont parmi les plus beaux jardins du Périgord. Ici, la grande pelouse, à l'entrée du domaine.

    Périgord, les jardins d'Eyrignac

      

    La Terrasse Enchantée.                                                                                                                                                                                                            Allée plantée d'ifs taillés en tronc de pyramide, elle descend vers le Parterre à la Française et, tout au fond, le Manoir. Construits au XVIIe siècle, le Manoir et ses dépendances sont de pur style périgourdin, en pierre dorée et toit d'ardoise (classés MH)

    Périgord, les jardins d'Eyrignac

     

    Le Grand Bassin.                                                                                                                                                                                                                      L'influence italienne est bien présente dans cette parcelle. Autrement appelé Miroir, le bassin servait autrefois de vivier. Il est entouré de pots contenant des buis en forme de boules à la géométrie parfaite. Du lierre court le long des berges. Contraste frappant entre les extrémités du bassin : d'un côté, 2 cyprès fuselés montent en chandelle vers le ciel tandis qu'en face sont posés de gros cônes ventrus. 

    Périgord, les jardins d'Eyrignac

     

    Une dépendance du Manoir.                                                                                                                                                                                                De l'autre côté de la haie végétale se trouve une aire de décollage et d'atterrissage pour hélicoptères.

    Périgord, les jardins d'Eyrignac

       

    L'Allée des Charmes.                                                                                                                                                                                                          C'est un peu les Champs-Élysées des jardins d'Eyrignac. Longue de 100 m, cette allée parfaitement rectiligne est bordée d'une double rangée de spirales de charmes et de cylindres d'ifs. Un travail d'orfèvre pour la taille.

    Périgord, les jardins d'Eyrignac

      

    De chaque côté de l'Allée des Charmes, une allée de pommiers parfaitement alignés, taillés en boules, santoline au pied. Ce sont des pommiers à pommes rouges, exclusivement (rappel des structures rouges du jardin). 

    Périgord, les jardins d'Eyrignac

     

    La Chapelle romane.                                                                                                                                                                                                      Couverte de lierre, elle aussi de pur style périgourdin, en pierre dorée et coiffée d'un haut toit d'ardoise, elle fait face au Manoir. A côté se trouve un bassin entouré d'une double volée de marches montant vers le Parterre à la Française. En haut des escaliers, d'impressionnants ifs taillés en plateaux.

    Périgord, les jardins d'Eyrignac

        

    Le Parterre à la Française (interdit au public), avec ses arabesques de buis.                                                                                                              Un tapis de verdure exigeant en soins et toujours vert, comme le reste du parc, grâce aux 7 sources naturelles alimentant le domaine. L'eau de pluie est également collectée.

    Périgord, les jardins d'Eyrignac

      

    La Chambre de Verdure.                                                                                                                                                                                              Alcôve romantique aux "fenêtres" ouvertes sur les collines environnantes, elle est formée d'un rideau circulaire de charmes.

    Périgord, les jardins d'Eyrignac

     

    Le Jardin Bouquetier.                                                                                                                                                                                                          Comme son nom l'indique, c'est l'endroit où sont cultivées les fleurs pour la confection de bouquets destinés à embellir l'intérieur de la maison.

    Périgord, les jardins d'Eyrignac

      

    Le Jardin Potager.                                                                                                                                                                                                                    De dimensions modestes, c'est un jardin utilitaire autant que d'agrément. Légumes et fleurs y poussent de concert.  

    Périgord, les jardins d'Eyrignac

     

    A proximité du Jardin Bouquetier et du Jardin Potager, des cèdres pleureurs forment un apaisant tunnel de verdure.

      Périgord, les jardins d'Eyrignac

     

    Le Jardin Blanc.                                                                                                                                                                                                                C'est mon espace coup de coeur !! Un jardin ouvert sur les vallons de la campagne périgourdine, composé de graminées et de fleurs uniquement blanches. Roses, goras, surfinias, dahlias, pétunias et cléomes ornent les vases et les basses haies de buis aux motifs géométriques. Au centre, un bassin rafraichissant où 4 grenouilles en bronze crachent des gerbes d'eau. Des tonnelles rouges de style asiatique placées à chacun des axes du jardin procurent un effet zen. 

    Périgord, les jardins d'Eyrignac

      

    A l'arrière du bassin aux grenouilles, la tonnelle rouge, munie de bancs, invite à la pause contemplative.

    Périgord, les jardins d'Eyrignac

      

    Superbe panorama sur la vallée et de beaux jeux de perspective. 

    Périgord, les jardins d'Eyrignac

    (Photos prises le 20 août 2020)


    1 commentaire
  • Vallée de la Dordogne, château de Beynac.

     

    Juché sur un escarpement rocheux à 150 m au-dessus de la Dordogne, on y accède par un parking situé dans le bas du village après 15 mn de marche le long d'un sentier en pente raide à travers les ruelles pittoresques de Beynac-et-Cazenac, l'un des "Plus beaux villages de France". Ça, c'est pour l'option sportive. Sinon, il existe aussi un parking en haut du village, au pied du château. Option je m'économise.

     

    Le château de Beynac, dont la construction remonte à 1115, a connu une histoire mouvementée au cours de laquelle s'inscrivent les noms de Richard Cœur de Lion et Simon de Montfort. Assiégé par les Anglais pendant la guerre de Cent Ans, repris par les Français, abandonné sous la Révolution puis restauré au XXe siècle par Lucien Grosso qui l'avait acheté aux enchères, il est aujourd'hui décrit dans les brochures touristiques comme "le plus authentique château fort du Périgord". 

      

    Vallée de la Dordogne, château de Beynac

     

    "Le plus authentique château fort du Périgord" ?... Ainsi vanté, je m'attendais, en le visitant, à sentir le souffle de l'histoire... Eh bien non, déception !! Car s'il n'a rien d'une ruine (il présente au contraire un aspect "neuf"), le château de Beynac est justement tellement restauré qu'il en perd toute authenticité. Pour le dire autrement, ça fait plâtre (un peu comme avec Lascaux, reconstruite à l'identique après que la véritable grotte ait été fermée au public : même si la reconstitution est parfaite, je préfère m'abstenir. Difficile pour moi de ressentir de l'émotion en visitant un fac-similé... dans lequel aucun homme de Cro-Magnon n'a jamais mis le moindre orteil).

     

    Si la visite proprement dite du château fut une déception, le panorama du haut des murailles m'a comblée, superbe avec les canoës, comme des allumettes multicolores, glissant tranquillement sur un méandre de la Dordogne. 

     

    Vallée de la Dordogne, château de Beynac

     (Photos prises le 19 août 2020)


    1 commentaire
  • Vallée de la Vézère, falaise de La Roque Saint-Christophe.

     

    Impressionnant mur calcaire s'élevant à proximité du village de Peyzac-le-Moustier, La Roque Saint-Christophe barre le ciel de Dordogne sur près d'1 km de long en aplomb de la Vézère. 

     

    Nous sommes au coeur du Périgord noir, région mondialement réputée pour son exceptionnelle concentration de sites préhistoriques d'intérêt majeur (classement au Patrimoine de l'Unesco), parmi lesquels Lascaux, Rouffignac ou encore la grotte de Font-de-Gaume. De ces innombrables cavités, failles et anfractuosités creusées par l'érosion dans la pierre locale, l'homme du Paléolithique s'est fait des abris rudimentaires qu'il a aménagés, voire ornés pour certains.

     

    La Roque-Saint-Christophe est l'un de ces abris. Habitée depuis la Préhistoire puis devenue cité troglodytique, son occupation s'est poursuivie jusqu'à la Renaissance. Elle abrite aujourd'hui un espace muséographique.

      

     80 m de haut, en à-pic au-dessus de la Vézère. La Roque Saint-Christophe se devine à travers l'abondant feuillage.

    Vallée de la Vézère, falaise de La Roque Saint-Christophe

     

    Visible dans son ensemble à proximité de la zone de location de canoës, la falaise de La Roque Saint-Christophe n'est pas sans rappeler celle de La Roque-Gageac, distante de 35 km, baignée, elle, par les eaux de la Dordogne. Toutes 2 sont entaillées d'une longue faille horizontale, sorte de terrasse aérienne aménagée en musée. 

    Vallée de la Vézère, falaise de La Roque Saint-Christophe

     

    Porte d'accès à la terrasse panoramique.

    Vallée de la Vézère, falaise de La Roque Saint-Christophe

     

    Terrasse panoramique avec machines de levage et ateliers pédagogiques. Un peu attrape-touristes à mon goût... J'ai fait l'impasse... 

    Vallée de la Vézère, falaise de La Roque Saint-Christophe

     

    J'ai préféré ressentir la puissance et le côté vertigineux du site en restant en bas, au niveau de la route... Au risque de me faire tailler un short car il faut bien reconnaître que ce n'est pas trop prévu pour les piétons...

    Vallée de la Vézère, falaise de La Roque Saint-Christophe

     

     Vallée de la Vézère, falaise de La Roque Saint-Christophe

     

    Vallée de la Vézère, falaise de La Roque Saint-Christophe

      

     Vallée de la Vézère, falaise de La Roque Saint-Christophe

        (Photos prises le 19 août 2020)


    2 commentaires